La traversée de l’Atlantique (2)

Cet article est en attente depuis 2 mois, je m’excuse platement de vous avoir fait languire avec la suite de nos aventures mais c’est que, voyez-vous, je ne dormais pas. En tout cas, pas suffisamment  pour reprendre le clavier. C’est terrible, le manque de sommeil. Je sais, j’ai encore le cerveau dedans… Allez, je vous raconte la suite de notre périple.

Où en étions-nous…??

Ah oui, il était 10h et nous embarquions dans un Airbus en direction de Boston, avec un Homme Ombre de lui-même et deux enfants (très) petits.

10h40 – Décollage. Le Poo s’endort. La Puce se réveille.

11h20 – Le Poo se réveille, rafraichit, revigoré même, par sa sieste éclaire (insérer des sanglots).

Les heures qui suivirent ne sont plus que brouillard dans ma mémoire. L’Homme s’est remis peu à peu de son malaise et on s’est échangé les enfants pendant les sept heures qui ont suivies: Nous avons passé sept heures debout donc. J’ai même le souvenir un peu flou d’avoir porté le Poo dans l’Ergobaby tandis que la Puce était dans l’écharpe sur le ventre de son papa et que nous nous croisions dans l’allée devant les toilettes (glamour, glamour…). Ca n’a pas pris, hein. L’enfant premier est resté bien éveillé.

12h20 (heure locale) – Atterrissage à Boston. A ce stade, l’Homme et moi alternions entre des phases de zombies totales, genre j’ai mal au sommeil, et des phases de « Non, mais en fait, ça va, je gère super bien, là, t’as vu ». On a profité de la deuxième phase pour trouver le bus en partance pour Woods Hole (vert, le bus, bien repérable par un Poo, donc).

13h30 – Dans le bus. « Il a 3 ans, il n’a dormi que 4h dans les dernières 24h, le bus, ça va l’achever, c’est clair! ». Alors, non. Sa mère, par contre, elle, oui, ça l’a achevé, le bus.

15h30 – Arrivée à Woods Hole. On va prendre le ferry!!! On y est presque!!! J’aperçois même un lit dans le lointain…

16h – Ferry. J’avoue, moi, là, j’ai baissé les armes. Je me suis réfugiée à l’intérieur, la Puce dans l’écharpe (l’excuse ultime: « Non, mais je peux pas rester dehors à découvrir le bateau avec le Poo, il y a trop de vent, là, tu vois. »). Merci Chéri.

 

16h45 – Nous arrivons à Martha’s Vineyard. PLUS QUE 45 minutes de voiture, oui, oui, vous avez bien lu. Là, merci à ma Belle-Mère, qui est venue nous déposer sa voiture à l’embarcadère pour qu’on puisse partir tout de suite, et accessoirement ALLER SE COUCHER (il est 15h). Le Poo ayant enregistré dans sa petite tête blonde que la voiture de Nana était la dernière ligne droite, pour lui, je crois, ça y est, on y était. La tête à peine posée dans le siège auto, il dormait déjà.

17h45 – ON Y EST!!! Reste plus qu’à faire les lits et à se jeter dedans!!

La suite du séjour fut sportif… Entre le décalage horaire de la première semaine, la roséole de la Puce la deuxième semaine, sa toux qui nous a valu un appel à notre pédiatre en France et du CELESTENE (Oui, oui, rebelote) la troisième semaine, nos nuits ont vaguement commencé à ressembler à quelque chose quelques jours avant le départ. Avant, donc, qu’on ne leur remette 7 heures de décalage horaire dans la tête…

Juste pour le fun, comme disent les canadiens, le lit improvisé de la Puce: Un tiroir de commode posé sur 2 chaises. On a fait ça partout pendant notre voyage, ça a bien fonctionné!

Ceci mis à part, on en a vraiment bien profité, et surtout, le Poo s’est éclaté.

Et pour ce qui est de son anglais, il comprenait tout, mais a continué à répondre en français quasiment jusqu’à notre retour. Par contre, une fois à la maison, il était totalement bilingue (Ô joie!). Il jouait seul en anglais, avait des conversations avec nous… Son vocabulaire est plus pauvre qu’en français, mais les phrases sont construites et il continue de parler anglais encore aujourd’hui, quelques mois après notre retour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *